Home – Français

Mission:  

DOSI vise à mobiliser les acteurs de la recherche, des sciences et technologies, de la politique, du droit et de l’économie afin d’encourager la gestion écosystémique des ressources de l’océan profond et de proposer des stratégies pour préserver l’intégrité des écosystèmes profonds au sein et au-delà de la juridiction nationale.

Une Initiative Mondiale Est Nécessaire

Les activités humaines dans l’océan profond s’accélèrent, et le plus souvent de façon non visible. Le changement climatique atteint les grands fonds marins, le pH et l’oxygène diminuent. La résilience des écosystèmes est compromise tout comme les services essentiels qu’ils fournissent. Les lacunes sont importantes dans la gouvernance de l’océan profond : la plupart des cadres juridiques, à la fois nationaux et internationaux n’intègre pas de mécanismes essentiels pour gérer et protéger les ressources océaniques. De nombreux pays qui possèdent des ressources dans les grands fonds marins manquent d’expertise pour assurer une gestion durable et garantir la protection de l’environnement profond tandis que dans les eaux internationales il n’y a pas d’approche cohérente des systèmes d’évaluation environnementale. Il y a donc un risque réel que l’océan profond s’industrialise avec une prise en compte insuffisante de l’environnement.

La biodiversité de l’océan profond contient des fonctions et services éco-systémiques majeurs, comme la régénération des éléments nutritifs, la séquestration du carbone et un stock – une bibliothèque vivante – de ressources génétiques de grand intérêt pour la population humaine et son évolution. Il est, par conséquent, impératif d’aborder l’océan profond dans une perspective globale, multisectorielle et pluridisciplinaire, afin de protéger l’environnement marin tout en permettant son utilisation durable. L’initiative Deep Ocean Stewardship (DOSI) est un rassemblement d’experts de disciplines et de secteurs différents qui s’est mis en place pour proposer de nouvelles idées pour l’utilisation et la gestion durables des ressources de l’océan profond.

Un des objectifs majeurs est la formation et la sensibilisation dans les pays en développement où les grands fonds marins sont riches en ressources. DOSI fonctionne en réunissant des experts qui font émerger les questions prioritaires, développent des outils, des stratégies et des ressources afin de maintenir l’intégrité des écosystèmes, et élaborent des programmes qui favorisent l’utilisation responsable et durable de l’océan profond. DOSI s’investit avec l’industrie, les organismes réglementaires, les scientifiques et la société civile pour sensibiliser et renforcer les moyens afin de soutenir des initiatives qui mèneront à l’utilisation et la gestion durables des ressources de l’océan profond, maintenant et pour les générations futures.

Quel sont les enjeux retenus par DOSI, comment travaille le réseau? 

Les membres de DOSI participent à des conférences réunissant de nombreuses parties prenantes, des ateliers de travail, des publications, des enquêtes, des travaux d’évaluation, des ressources en ligne et contribuent par leur engagement personnel.  DOSI travaille avec les décideurs politiques au niveau national, régional et mondial, les éducateurs et la société civile afin de :

1.    Identifier les besoins prioritaires de gestion pour l’utilisation des ressources de notre océan profond, et notamment :

  • Travailler avec l’Autorité internationale des fonds marins et d’autres parties prenantes sur les questions minières pour élaborer une stratégie de gestion de l’environnement pour la zone internationale des fonds marins, en intégrant des évaluations économiques et études d’impact en commençant par la dorsale médio-atlantique ;
  • Favoriser de nouvelles collaborations et négociations sur la question du stockage des déchets en haute mer;
  • Aborder les questions de transparence et de conformité dans la gestion de l’océan profond.

2.    Développer les meilleures pratiques pour les activités humaines dans les grands fonds, et notamment :

  • Promouvoir les évaluations et études d’impact pour toutes les pêcheries futures dans la mer profonde et mettre en place un guide « de terrain » pour effectuer ces évaluations;
  • Organiser des séances d’information et inciter la communication sur les usages, l’utilisation durable et le partage des avantages des ressources génétiques des fonds marins;
  • Comparer les réglementations nationales pour le développement du pétrole et du gaz off-shore afin de mettre en place les meilleures pratiques d’exploitation en grands fonds marins.

3.    Sensibiliser et développer l’expertise, notamment :

  • Renforcer la formation dans les pays émergents et en développement pour la gestion et la protection de leurs ressources de l’océan profond.
  • Accroître les ressources d’éducation pour toutes les parties prenantes (par exemple par le développement de cours en libre accès sur le web sur les fondamentaux de l’écologie des grands fonds marins.

4.    Centraliser et promouvoir l’observation et la connaissance des grands fonds, notamment :

  • S’assurer que les environnements profonds sont au premier plan dans les évaluations majeures du domaine océanique;
  • Identifier les lacunes dans les connaissances scientifiques qui aideront à la gestion de l’océan profond;
  • Mettre en place un point central d’information sur les activités en cours dans les grands fonds concernant les différents secteurs, compétences et disciplines;
  • Travailler avec l’industrie pour améliorer l’observation des océans et le partage des données et identifier les questions transverses;
  • Centraliser les observations et les informations afin de mieux évaluer le rôle de l’océan profond dans les équilibres climatiques d’une part et les impacts du changement climatique sur les écosystèmes des fonds marins d’autre part, et de permettre leur prise en compte dans la gestion environnementale et les politiques climatiques.

1er Séminaire DOSI – Mexico, April 2013

28 participants de 14 pays se sont réunis pour parler de la recherche, de la gestion et des décisions à prendre pour maintenir l’intégrité des fonctions et services éco-systémiques des grands fonds pour les générations futures. Les participants ont conclu que l’accroissement des activités humaines dans les grands fonds marins nécessitait un renforcement de compétences dans les domaines de la biologie, du droit, de l’économie, de l’écologie et de la politique. Trois jours de discussions ont permis d’établir une liste de sujets et d’actions prioritaires pour lancer une initiative sur la gestion des grands fonds.
Le séminaire était co-organisé par Instituto de Ciencias del Mar y Limnologia (CMARL) at UNAM, the Center for Marine Biodiversity and Conservation at Scripps Institution of Oceanography (SIO), University of California San Diego and the International Network for Scientific Investigation of Deep-sea Ecosystems (INDEEP).  Il a reçu le soutien financier de Kaplan Foundation, INDEEP (funded by Fondation Total), the National Commission for Knowledge and Use of Biodiversity (CONABIO, Mexico) and La Comisión Nacional de Áreas Naturales Protegidas (CONANP, Mexico).
Kindly translated by Laure Fournier, France
Group Photo